Comment remplir comme il faut un chèque en banque ?

Le chèque est document sur lequel par écrit, un débiteur ordonne à son banquier de payer un créancier. Découvrez les étapes pour bien le remplir son chèque ainsi que l’ensemble des erreurs à éviter lors d’une émission ou d’un règlement.

Quelles sont les étapes pour remplir un chèque ?

Lorsque vous remplissez un chèque, vous devez prendre préalablement la précaution de renseigner tous les champs requis à l’aide d’un stylo indélébile. Le remplissage se fait par étapes dont l’ordre n’est pas obligatoire, tout en veillant à bien remplir les informations écrites. Ces étapes sont les suivantes :

  1. L’inscription du montant en chiffres : il s’agit ici d’inscrire la somme exacte à payer en chiffres uniquement dans le champ prévu. La présence d’un quelconque caractère littéral fera l’objet d’un rejet. Les centimes seront représentés par des chiffres après la virgule.
  2. L’inscription du montant en lettres : cette étape requiert que vous remplissiez en toutes lettes la somme due sur la ligne prévue à cet effet (mention Payez contre ce chèque…). La présence de tout chiffre ici résultera sur un rejet également.
  3. L’inscription du nom du bénéficiaire : remplissez avec précision le nom de la société (dénomination sociale dans le bon ordre) ou de la personne (nom et prénom précis) qui bénéficiera de la somme payée.
  4. L’indication du lieu d’émission : inscrivez le nom de la commune au sein de laquelle vous êtes en train de rédiger le chèque.
  5. L’inscription de la date : renseignez la date du jour au moment où vous remplissez le chèque.
  6. La signature du chèque en bas à droite sous la mention Signature.
  7. Le remplissage du talon (souche) : inscrivez la date, le montant et le bénéficiaire sur la souche du chèque (partie située au dessus ou à gauche). Son but est de sauvegarder les données d’émissions de chacun de vos chèques.

Pourquoi est-ce important de bien remplir un chèque ?

Il est important de bien remplir un chèque afin d’éviter tout malentendu, traduit par un débit non prévu, ou encore une erreur de bénéficiaire.

En effet, l’article 9 du décret-loi du 30 octobre 1935 stipule que le chèque dont le montant est écrit à la fois en toutes lettres et en chiffres vaut, en cas de différence, pour la somme écrite en toutes lettres…

En cas d’erreur de destinataire sur votre chèque, vous pourriez vous retrouver liés à des procédures judiciaires où sera clamé l’ensemble des conséquences engendrées par un retard de paiement ou un non-paiement. Bien qu’il vous soit possible de récupérer cet argent afin de régler votre créancier, les démarches et l’impact en trésorerie vis-à-vis de celui-ci pourraient vous coûter cher.

Quelle est l’histoire du chèque ?

La lettre de change, invention grecque du IVe siècle permettant aux personnes de voyager sans espèces, est considérée comme l’ancêtre du chèque. C’est ce concept qui fut reproduit au XIIe siècle par les chevaliers templiers sous le nom de bons à payer.

Quelques années plus tard, en 1374 plus précisément, le premier chèque fut émis. C’était à Pise. Ensuite l’Europe occidentale (au XIXe siècle) et l’Angleterre (au XVIIIe siècle) lui emboîtent le pas. Pour être plus précis, c’est en 1742 que l’Angleterre invente le chèque. Quant à la France, elle débuta tout d’abord en 1826 avec des chèques dénommés Mandats Blancs, pour ensuite introduire le chèque sous forme actuelle le 14 juin 1865.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Germanien